Toute idée, considérée comme une illumination soudaine de la conscience, mérite de prime abord d’être mise sous « projecteurs » sans préjugés. Parce qu’il n’y a pas une idée bonne ou mauvaise à la première impression, une attention doit être accordée à ce point lumineux de l’être par un droit à passer dans le prisme du jugement de la conscience consciente d’une identité, qui seule, décidera de la transformation de l’idée en une réalité existante parce que l’idée a vocation à trouver place dans entité pensante. Et le passage de l’abstraction à la représentation de l’idée est la première étape dans toute démarche d’écriture. L’écrivain doit en tout point faire exister l’idée qui prend de lui sa première inspiration.

L’idée, c’est un flash, un éclair qui se révèle à une conscience. Elle est donc éphémère et doit impérativement être captée et fixée par une pensée pour qu’elle laisse une marque de son surgissement. Il est fréquent, lors des ateliers de lecture et d’écriture, que les participants aient ces étincelles de la conscience et qu’ils témoignent du besoin impérieux d’y déporter toute leur attention pour mieux les cerner ; c’est alors qu’ils prennent conscience de la non-limitation de leur capacité de réflexion et d’imagination, et de l’aptitude en puissance de la créativité qui étaient enfui en eux. Ils finissent par se découvrir penseur, et donc plus ambitieux intellectuellement, pour aboutir sur une impression d’avoir eu suffisamment d’assurance en eux-mêmes par une complaisance acquise de la pratique de l’écriture qui les convainc de la simplicité de la création littéraire.

Parce qu’il ne suffit pas qu’une idée soit contenue dans un livre pour qu’elle prenne de la valeur, il faut au préalable que l’idée soit bien conçue par une tête bien faite. C’est pourquoi nos ateliers de lecture et d’écriture sont avant tout des ateliers d’idées où les auteurs, aussi bien les écrivains en herbe qui cherchent encore leurs styles, se confrontent les uns aux autres pour affiner réciproquement leurs idées afin d’en définir l’importance de chaque sujet qui vaillent la peine de prendre une forme. Ils acquièrent essentiellement les bases des processus de l’acte d’écriture qui consistent à créer un chemin à soi par lequel se succèderont les signes et des mots mêlés en amas inextricable, garant de l’intégrité de la pensée qu’ils sont. D’une idée unique peut naître une multitude de chemin ; chaque chemin aura la marque de son auteur et produira une impression singulière chez le lecteur. L’écrivain donne forme à l’idée, il la déguise à sa guise et rend la forme inextirpable de l’idée dont elle a pris racines. Ce n’est donc pas l’idée qui fera la beauté du livre, mais du point de vue dont l’auteur se positionnera pour façonner le revêtement de l’idée, l’écrivain s’en trouvera remué dans les recoins les plus enfouit de son être, ce qui donnera à son texte d’être une représentation de son identité.

Beaucoup ne deviendront certainement pas écrivains. Et nos ateliers, tout en proposant à ces participants des programmes bien élaborés, ne garantissent pas cela en bout de piste. Mais, tous les participants pourront proposer, pour le plaisir d’être lu, sous forme d’articles une expression de leur pensée autour d’une idée qu’ils ne peuvent proposer sous forme de livre; ils sont fortement encouragés à le faire pour se débarrasser de la peur du « paraitre ridicule ». Et parce qu’on ne devient pas écrivain en un jour, la publication d’articles, ces petits pas de l’art littéraire, donne à leurs auteurs le sentiment de déjà exister comme écrivains : c’est une motivation à faire plus.

Les ateliers de lecture et d’écriture, ces instants de liberté d’expression et de libération de la pensée, se font par groupe de 8 personnes, l’animateur y compris. Un élément discriminatoire, le seul d’ailleurs, c’est l’âge : nous les organisations par cinq groupes d’âges reflétant les étapes de la plupart des systèmes éducatifs : primaire 8 à 10, collège 11 à 15, lycée 16 à 18, universitaires de moins de 25, et les adultes de plus de 25 ans.

Notre mot d’ordre pour galvaniser les écrivains en herbe, et à destination de tous ceux qui veulent se lancer dans l’aventure littéraire, c’est d’être libre par leurs idées et de laisser libre court à leurs pensées qui les mèneront vers la quête d’une identité dont ils n’avaient jamais soupçonné l’existence, et qui les mettront sur une voie qui forgera leur personnalité. L’écrivain n’écrit pas pour les autres, il écrit avant tout pour soi. L’écriture est une introspection de soi-même qui a pour but de nous rendre libre. Libre nous sommes dans notre tête, libre nous le seront dans toutes nos interactions avec les personnes et les choses qui nous entourent.

Et la lecture dans tout ça ? Eh bien, nous ne pouvons concevoir des ateliers d’écriture sans lecture ; c’est elle, la lecture, qui est la principale incitatrice à l’art d’écriture. C’est aussi d’elle que naît le besoin d’être lu ; la lecture libère la pensée en étendant notre horizon des savoirs et des sciences. La décision de lire peut sembler facile à prendre voire vivement souhaitée, mais la mise en pratique, pour beaucoup, reste très difficile ; nous entendons souvent les gens dire « j’aime lire mais je n’ai pas du temps » ou « quand je lis je m’endors », etc. Les lectures de groupe de nos ateliers de lecture permettront aux participants de prendre part, au fil des lectures, aux débats d’idées qui donneront ordre à leur imagination de s’affranchir de leurs limites. La lecture est facile quand on a commencé à lire.

Pour faire partir de l’aventure et recevoir les informations sur nos prochains ateliers, suivez le lien ci-après ‘Les ateliers de Damien Editions’

L’acte d’écriture est le produit de l’imagination, d’une disposition à l’ouverture d’esprit, et d’une culture générale dont l’étendue et la soif interpellent tous les champs des compétences humaines. Cela, cette démarche de production graphique, témoigne surtout d’un besoin de l’écrivant de partager une idée, une émotion et une connaissance. L’écriture est tout aussi une voie qui véhicule le sens et la pensée au travers d’un bon usage et d’une bonne orchestration des signes. Elle rend ostentatoire la pensée comme une marque scintillante sur un chemin dont on ne sait où il mène, une voie intrigante et plein de suspens. Tout commence par un mot, suit le second ; et au troisième, nait une idée qui nous tient jusqu’à l’écriture finie. Cette écriture accomplie, le livre, est un ensemble de mots qui se sont entremêlés dans un ordre aléatoire, les uns répondant à l’appel des premiers tandis que d’autres adressent une invitation aux suivants, mais dépendant de l’histoire que l’auteur, depuis la naissance de l’idée qui s’est donné à lui, cherche à immortaliser. Le livre, c’est le lieu d’une représentation de l’âme et de la pensée de l’auteur, c’est l’assise où sa liberté d’esprit a redécouvert l’immensité de ses possibilités, et où il découvre que l’imagination précède toute création. Par l’écriture et dans l’écriture, l’écrivain se recrée. L’écriture est donc civilisatrice.

L’écriture constitue tout aussi une thérapie permettant à l’écrivain de se projeter à lui-même sa propre histoire, où il prend le soin de la revisiter pour en tirer plus qu’une leçon : trouver son identité. C’est la somme des expériences acquises et des aspirations secrètes et inexprimées qui constitue le terreau fondamental d’où viendra s’y greffer le premier signe. Dans l’acte d’écrire, l’écrivant se découvre des aptitudes d’autodidacte sur tout ce qui touche aux réalités socio-professionnelles qui interpelle l’humain dans ses interactions. Une idée vague prend vie par l’écriture qui en révèle sa profondeur. Ce n’est donc pas l’écriture qui vient à l’auteur, c’est l’idée qui s’est envahie de lui qui va à sa rencontre pour faire apparaitre le besoin d’amorçage d’une écriture. Il ne s’agit pas d’une décision consciente, mais d’une nécessité d’écrire pour écrire un peu pour soi-même, et beaucoup pour les autres par pure générosité. L’écrivain écrit pour assouvir son besoin d’être écouté par lui-même avant tout. L’écriture en tant qu’art, dépeint l’auteur qui est à l’origine d’un style qui ne peut être que de lui. L’activité de l’écriture est formatrice d’une personnalité et créatrice d’une identité qui marque sa singularité. L’écriture est une marche vers la libération de l’être. L’écriture, par toute noblesse, est instructrice.

L’écriture serait donc un acte de création de soi par soi-même, nécessitant en tout point une honnêteté envers soi. L’écrivain est juge de lui-même par une mise en procès qui se révèle à lui tout au long du processus d’écriture. Il se découvre alors son indenté cachée dont seul son subconscient avait connaissance. Cette conscience retrouvée le transfigure à lui-même et lui donne, par entrain, à continuer son œuvre de création. Il se découvre la racine de ce qui fait sa personne, rendant ainsi plus aisé la construction de son propre chemin vers une destinée consentie. L’écriture fait exister, elle porte à la connaissance de l’auteur ce qui lui était crypté tout en donnant naissance à ce qui n’était pas. Elle invente, et rénove l’image de son auteur qui se découvre une personnalité par laquelle sera tenu en laisse sa plume et qui marquera au rythme du déplacement sur un clavier les doigts habiles d’une pensée libre de donner vie à une idée. En elle et par elle, l’imagination n’est plus conçue comme une attention tournée vers autres que soi-même, mais un acte créateur par introspection qui découvre aux autres que du néant il peut ne pas y avoir que du néant. Mais que l’écriture acte une création où l’animation des mots révèle l’existence des choses, parce que de rien on peut avoir tout. L’écriture anticipe le futur.

C’est par cet esprit que nos ateliers d’écriture sont mues. Ils n’ont pas vocation à devenir un lieu de formation des écrivains, mais un lieu où l’on apprend à faire confiance à sa pensée tout en éprouvant sa pratique de l’écriture, ou pour en découvrir sa simplicité. La confiance en soi, allant grandissante, et l’état d’esprit qui anime l’écrivant le transporte vers des hauteurs où il côtoie de près la satisfaction d’avoir contribué à la création de tout ce qui se trouve en dessous de lui. Il réapprend à devenir maître de lui-même de par son statut de créateur qui lui octroi le droit de se réapproprier son âme d’enfance. Mieux que des exercices de l’usage de la langue au travers des signes, l’écrivant se reformate pour se revoir tel qu’il doit être vu. Il se remet au point zéro de son existence pour se porter au loin et comme pour faire un bond en signe d’un espoir retrouvé d’avoir atteint un point de désaltération près d’une fontaine de jouvence. Idéalement, l’atelier d’écriture est fait pour les personnes qui souffrent d’un manque de confiance en soi, et qui recherchent à travers ces ateliers artistiques les outils leur permettant de sonder leur propre histoire, pour faire un retour nécessaire dans les profondeurs de leur personne, et pour, enfin, atteindre le point d’ancrage qui leur procurera une stabilité émotionnelle et intellectuelle, tout en leur révélant leur identité d’être vivant unique fondé durablement. Ils découvriront alors qu’ils peuvent et doivent être seul détenteur des clés ouvrant vers des destinations qui leur sont propre. L’écriture modèle la personnalité fondée sur une identité inébranlable.

Par Alexis O. Kaya,

Vous écrivez ? Envoyez-nous votre manuscrit ; et notre comité de lecture l’étudiera avec attention et s’engage à vous donner une réponse sous 15 jours. Nous voulons surtout permettre à tous les auteurs, quels qu’ils soient et de n’importe qu’elle souche sociale, de partager leur talent, et de pouvoir exprimer en toute liberté leur imagination. Damien Éditions est un éditeur libre installé à Douala, et notre mission est de donner à chaque auteur une chance de pouvoir être publié. Nous couvrons toutes la zone Afrique Centrale et Ouest. Nous publions des ouvrages de littérature générale : romans, poèmes, essais, nouvelles, pièces de théâtre, mémoires, biographies, contes, bandes dessinées, thèses, souvenirs, science-fiction, fantasy, Magazines (‘Science Culture’, ‘Idées’ et ‘Pure Medicine’), outils pédagogiques, catalogues… Nous estimons que chaque genre a son intérêt et nous souhaitons mettre en avant la diversité.

Une fabrique des idées
Une fabrique des idées

Editer un livre dans notre maison d’édition vous permettra de bénéficier d’un suivi personnel assuré par des professionnels ayant de nombreuses années d’expérience dans le monde de l’édition. Editer un livre chez Damien Editions offrira une visibilité internationale à votre ouvrage et vous permettra de vivre une formidable expérience humaine en rencontrant vos lecteurs. C’est aussi publier dans une maison d’édition à taille humaine.

Damien Editions offre également à ceux qui écrivent un accompagnement dans l’art d’écrire. Il ne s’agira pas de formater le jeune écrivant, mais d’aider le débutant à trouver son propre style tout en mettant en avant son originalité. L’écriture est créatrice, tout à étant libératrice de l’être qui reste pluriel tout autant qu’il y a d’humain sur terre. Autant il y a d’humain et d’écrivant dans le monde autant il peut y avoir de style et de genre d’écriture. Damien Editions mettra en avant votre originalité, celle qui vous donner de vous sentir libre, délié des formats classiques. Chaque être vivant possède une expérience singulière dont nous sommes conscients ; et pour cela, il doit nécessairement la partager pour laisser une trace de son humanité.

Alexis O. Kaya, Editeur

Pour envoyer votre manuscrit, et pour tout autre information :

courrier@damien-editions.cm

Au fil des expériences de lectures et dans une démarche d’expression révélatrice de ce qui est enfoui en chaque être humain par l’écriture, c’est toute l’humanité qui fait une belle aventure et laisse une trace qui signe pour l’éternité. La lecture ouvre l’esprit et porte à plus de connaissance, tandis que l’écriture nous fait découvrir l’essentiel et nous ramène à ce qui fonde notre identité. Damien Editions veut être une fabrique des idées, étapes qui aboutira à la science et à la sagesse pour aider à vivre plus humainement. Damien Editions donne la parole à la pensée qui se déploie à travers une écriture lue, parce que « faire lire est notre passion ». C’est à cette fin que j’ai décidé de créer Damien Editions.

Alexis O. Kaya, Editeur

Alexis O. Kaya, MD, PhD, AP-CMH
Vers la quête d’une identité, …
… Pour forger une personnalité !
DAMIEN EDTIONS
L’aventure débute ici – Faire lire est notre mission !